Image default
Bien-être

Pollution et irritation : le danger des gommages synthétiques

Rate this post

ETHIQUE, Peau

Des chercheurs de l’université de Waganingen ont démontré en 2012 que les gommages conventionnels, dits « gommages synthétiques » représentent un problème écologique d’enjeu majeur. En effet, la plupart des grandes marques type L’Oréal, Garnier, Nivea utilisent des particules plastiques chimiques ayant un effet mécanique d’exfoliation pour la peau. J’ai trouvé important de poster cet article pour rappeler les dangers liés à la pollution des exfoliants et gommages synthétiques.

Mon article coup de gueule sur les produits chimiques en cosmétique

Pourquoi ces gommages synthétiques sont-ils dangereux ? Parce que nous voulons que ça gratte fort ! Par conséquence, les industriels proposent des formules très exfoliantes pour nous satisfaire.

Bien souvent, ce cocktail chimique est complété par d’autres substances irritantes comme le célèbre Sodium Lauryl Sulfate. Un détergent utilisé aussi bien pour laver le sol que … dans les produits d’hygiène corporelle !

Le premier résultat ? L’irritation continue de la peau. Le second résulte de la pollution des eaux car les particules plastiques des gommages (dites microbilles) ne sont pas dissoutes dans l’eau. Si tout le monde répand ces fameux plastiques à travers les canalisations de la douche sans que les centrales de traitement des eaux ne puissent les gérer, l’environnement marin est en danger … l’Homme également à long terme.

3 bonnes raisons d’effectuer un gommage par semaine

Depuis que j’ai pris conscience de l’impact de l’utilisation de gommages hyper polluants, je boudais un peu ce type de produit. Le souci ? Ma peau n’a pas tardé à me rappeler à l’ordre car elle devenait moins délicate et épaisse.

En effet, le gommage une fois par semaine permet de :

  • Supprimer les peaux mortes,
  • Ré-activer la circulation du sang,
  • Laisser place à une peau prête à absorber les soins.

Quels gommages sont polluants ?

Bien sûr, tous les gommages ne sont pas concernés (encore heureux). Seuls les gommages synthétiques contenant des particules de nylon, polyterphtalte, polypropylène ou polythylène sont dangereux.

En effet, ces grains sont tellement fins qu’ils passent à travers des filtres des stations d’épurations… et finissent donc dans les eaux naturelles. Pas top, on est d’accord ? Les paysages magnifiques autour de l’eau me rappellent à l’ordre. Je ne veux pas détruire l’eau pour avoir la peau douce.

Bonus : sur cette photo, j’ai l’air de faire des montagnes russes mais je passe juste une petite vague sur l’Ardèche, une rivière si belle. Un si beau guide de kayak 😉

Vers quels gommages se tourner ?

Dans ces conditions, comment choisir son gommage ? D’abord, n’achetez plus de marques qui ne précisent rien sur l’emballage. Si c’est seulement précisé « microbilles », vous pouvez être sûr que c’est polluant. Soyons un peu malins. Les marques répondent à une demande. Si cette dernière devient plus exigeante… les industriels suivront !

Ensuite, tournez-vous vers des marques plus éthiques et/ou bio ! Je sais, je sais. C’est plus cher quand c’est bio. 

Lire ma revue sur le gommage bio Lcbio aux noyaux de cerises

Ma revue sur le gommage bio au miel Terre d’Oc (disponible chez Nature et Découvertes)

Enfin, si vous êtes vraiment serré(e)s niveau budget, je ne peux que vous conseiller de tester des gommages naturels… Dans un bol mélangez du sucre et de l’huile d’olive. Le tour est joué !

Avez-vous entendu parler du problème des gommages synthétiques qui polluent les eaux ? Quels sont vos exfoliants préférés ?

Autres articles

Comment utiliser l’huile de coco

Irene

Masque au curcuma effet bonne mine

Irene

J’ai testé le Jeûne : cure Dietox jus fruits et légumes bio

Irene

Hydratation et nutrition : de quoi nos cheveux ont-il besoin ?

Irene

Sebio : ma commande sur le site écologique Belge

Irene

Lanaika : ma sélection naturelle & avis sur ce concept store beauté

Irene